Inscription
1ère place aux Trophées de la Communication 2014
HORAIRES D'OUVERTURE
. du Lundi au Vendredi :
9h -12h et 13h30 - 17h
. le samedi de 9h à 12h...

NOUS CONTACTER
MAIRIE
36, Route de Megève
74120 Praz sur Arly
Tel. 04 50 21 90 28

 

Varins : principes d'aménagement validés (23-08-2016)

Fin juillet, le Conseil Municipal a validé le contenu du projet d’aménagement touristique du pied de pistes qui prévoit salle des fêtes, lits touristiques, services publics et commerces. L’Etat doit maintenant donner son aval. Le Comité de Massif chargé des UTN donnera sa réponse en fin d’année.



Une étape importante a été franchie le 26 juillet en Conseil Municipal concernant le projet d’aménagement du départ du domaine skiable. Les élus ont, en effet, approuvé le contenu du dossier d’Unité Touristique Nouvelle (UTN) des Varins qui intègre l’organisation urbaine et la nature des constructions, le stationnement ainsi que les stratégies foncières et l’équilibre financier de l’opération. Une avancée notoire pour un dossier qui est à l’étude depuis plusieurs années.

L’enjeu est majeur pour la commune qui manque d’espaces d’accueil de qualité pour ses clients au  départ des pistes, mais aussi de lits touristiques dits « marchands ». Plus des deux tiers des 8 800 lits de la station sont des résidences secondaires non mises sur le marché locatif. Si les résidents secondaires offrent l’indéniable avantage de la fidélisation, les lits marchands génèrent, eux, un nombre de semaines occupées plus important. Leur offre est donc aujourd'hui insuffisante pour le village, d'autant qu'un certain nombre a disparu (les hôtels).
A titre d’exemple, à Praz-sur-Arly, une résidence secondaire est, en moyenne occupée 4,6 semaines contre 6 semaines en moyenne pour un lit marchand. Ce chiffre monte à 9 semaines en moyenne dans les stations villages françaises, ce qui fait ressortir l’autre point faible de la commune, à savoir des lits moins faciles à commercialiser.

La plupart des hébergements de la commune sont, en effet, des appartements meublés de tailles et de situations très diverses, impossibles à proposer aux tour-opérateurs. L’hôtellerie, elle, est réduite à deux établissements, ce qui est insuffisant. En revanche, bon point pour Praz en matière d’offre de villages clubs ou de campings.

Outre les problèmes de performances, il a aussi été constaté la perte de près de 500 lits marchands en 8 ans (résidences de tourisme redevenues résidences secondaires, hôtels fermés en raison de leur trop petite taille et qui sont souvent vides ou transformés en appartements…).

Il convient donc de trouver de nouveaux investisseurs sur les types d’hébergements qui font défaut au village, notamment les hôtels ou les résidences de tourisme. Outre un meilleur rendement, elles permettraient aussi d’attirer plus d’étrangers dans la commune et donc de diversifier son marché de clientèle. Sur la question, Praz-sur-Arly est, en effet, en queue de peloton des stations alpines avec seulement 8% de séjours auprès des étrangers contre 17% en moyenne dans les autres stations villages.

L’UTN prévoit ainsi la création de 839 lits touristiques.

Car l’offre de loisirs, elle, a de quoi attirer les visiteurs. Praz dispose du troisième domaine skiable relié de Haute-Savoie (Espace Diamant), de produits « famille » variés, de superbes randonnées et de la proximité de sites touristiques majeurs du Pays du Mont-Blanc (Megève, Chamonix…) et des massifs environnants. Et d’autres projets sont en route…

La qualité des infrastructures d’accueil pour une station du niveau de Praz-sur-Arly est, d’ailleurs, l’autre point que le Conseil Municipal souhaite améliorer avec ce projet d’UTN.

L’idée serait de créer des espaces d’accueil pour accueillir les clients au chaud, que ce soit pour acheter les forfaits de ski ou les cours ESF. Une vraie salle hors-sacs et une nouvelle consigne à skis seront également au programme. La garderie touristique déménagerait aux Varins pour être proche du jardin des neiges, afin de faciliter la vie des clients. Restaurant, snack et quelques commerces ciblés seraient aussi au programme.

Les élus se sont d’ailleurs positionnés pour conserver la propriété des locaux commerciaux afin d’en maîtriser le devenir et de répondre aux besoins du site.

Enfin, la commune réaliserait là-bas sa salle des fêtes (ainsi que plusieurs locaux pour les associations). Le bâtiment serait la figure de proue du nouveau quartier. Il permettrait de diversifier les événements du villages, d’appuyer ceux organiser sur les pistes ou les berges, de dynamiser le quartier avec des rendez-vous associatifs ou familiaux et, enfin, de s’ouvrir aux besoins des futurs hébergeurs qui trouveront là un outil pour l’accueil de leurs grands séminaires et séjours « incentive » (un moyen d’attirer des clients hors saison).

Au total, le nouveau quartier comptera 25 000 m2 de SHON concentrés sur un périmètre allant de la route des Varins à l’actuelle caisse des remontées mécaniques, soit un secteur déjà en bonne partie aménagé pour le domaine skiable (parking montant vers l’ESF, chalets d’accueil, snack, jardin des neiges, consigne, hangar des dameuses…).

Le champ allant du télésiège du Crêt du Midi aux Babys reste inconstructible. Il est composé d’une vaste zone humide que la municipalité a absolument voulu éviter de toucher dans un souci de préservation du milieu.

Les stationnements seront repensés avec un déplacement de certains parkings publics aériens tout en s’assurant de conserver les capacités d’accueil actuelles. Les parkings destinés aux logements seront sous-terrains.

Le coût de l'opération, pour la collectivité, est conséquent. Il comprend 10,3 M€ de travaux plus 3,5 M€ d'acquisitions foncières, hors maîtrise des locaux commerciaux. La stratégie retenue par les élus lors des différentes réunions de travail, serait de conserver la maîtrise foncière des terrains appartenant déjà à la mairie et de proposer aux investisseurs les parcelles sous forme de baux emphytéotiques. C'est le système utilisé pour le club Belambra, qui a signé un nouveau bail de 60 ans. Durant ces années, l'exploitant jouit du terrain en propriétaire, mais le terrain et les constructions redeviennent ensuite propriété communale.
Pour le maire, Yann Jaccaz, « ce choix est stratégique pour l'avenir du village car, si la commune laisse des promoteurs acheter tous les terrains et y réaliser des résidences de tourisme sans autres conditions que les dispositions légales classiques, il y a de fortes probabilités que les propriétaires des appartements en fasse de simples résidences secondaires au terme de leur bail commercial avec le gestionnaire de la résidence de tourisme au bout de 9  ans, une fois leur avantage fiscal terminé. Il faut éviter cette situation qui se déroule dans nombre de stations où la seule solution consiste alors à étendre à nouveau l'urbanisation pour compenser la perte des lits marchands redevenus lits «  froids  ».

Le cabinet ASADAC, qui a réalisé l'étude financière,  montre que les annuités d'emprunt (salle des fêtes comprise) que porterait la commune seraient compensées par les recettes (impôts locaux générés par le programme et loyers des baux) et que cela créerait même un excédent de recettes pour le village.
Lors de la réunion, Philippe LEGOUX, élu en charge du développement économique, a estimé que c’était « une excellente nouvelle de voir que ce projet primordial pour l'avenir des Pralins s'équilibre financièrement. Il estime, par ailleurs, que – si ce projet ne se fait pas – c'est aussi la modernisation du domaine skiable et les investissements de diversification touristique qui risquent d'en pâtir. »
Franck PRADEL a lui aussi souligné « l'intérêt fort que représente l'aménagement pour le village, l'emploi et l'activité des différents socioprofessionnels. »

Les élus ont approuvé à l’unanimité le contenu du dossier UTN qui va maintenant être étudié par le Comité de Massif qui donnera son verdict en fin d’année. Si l’accord est donné, une concertation publique sera alors organisée par la mairie l’an prochain. Restera alors à trouver les bons investisseurs et à définir l’architecture précise du projet. Bref, le travail ne manquera pas dans l’année à venir.

En savoir plus : lire le compte-rendu de la séance du Conseil Municipal qui a débattu du projet.








 

Mentions légales - Crédits Photos - Réalisation Alpium