Inscription
1ère place aux Trophées de la Communication 2014
HORAIRES D'OUVERTURE
. du Lundi au Vendredi :
9h -12h et 13h30 - 17h
. le samedi de 9h à 12h...

NOUS CONTACTER
MAIRIE
36, Route de Megève
74120 Praz sur Arly
Tel. 04 50 21 90 28

 

Agriculture : la commune jugée exemplaire (25-10-2016)

Le 6 octobre dernier, la Société d’Economie Alpestre avait choisi Praz-sur-Arly pour son congrès annuel. La commune était d’ailleurs invitée à présenter ses actions, notamment celles sur la reconquête des alpages et les projets à venir. Une vision jugée « exemplaire » par les différents acteurs agricoles et l’Etat.


Il s'est écoulé près d'un siècle entre ces deux photos. En rouge, toutes les prairies qui ont disparu, sans oublier tout le sommet du Mont Lachat qui était aussi un alpage (non visible depuis cet angle de vue).
 



Près de 200 acteurs du monde de l’agriculture et de l’environnement s’étaient donnés rendez-vous à Praz-sur-Arly pour le congrès de la Société d’Economie Alpestre de Haute-Savoie (SEA). La commune n’a pas été choisie par hasard par l’association. Elle voulait mettre en avant les actions menées par la mairie praline sur ces sujets.

Le thème général était, en effet, « espaces naturels sensibles, supports de l’économie pastorale ». Le maire de Praz-sur-Arly, Yann Jaccaz, est ainsi intervenu pour présenter la démarche globale de la commune, notamment sur la reconquête des alpages qui est menée sur les terrains appartenant à la municipalité. Les opérations financées par la mairie - avec le soutien du Conseil Départemental - ont déjà permis de défricher près de 15 hectares d’anciennes pâtures envahies par les sapins, les aulnes et autres broussailles depuis 2008 sur le Plan de l’Are, les Evettes et Olvet.

L’enjeu, rappelait Jean-Paul Amoudry, président de la SEA, est fort puisque des milliers d’hectares de prairies ont disparu des massifs alpins en un siècle, au profit de la forêt.

Pour Yann Jaccaz, cela s’explique en partie par l’évolution des exploitations agricoles. « Autrefois, la ferme faisait vivre toute la famille. Chaque mètre carré d’herbe était synonyme de vie, voire de survie, et tous les membres, des enfants aux grands-parents, devaient apporter leur contribution. Si le moindre rhododendron ou arbuste poussait, il était immédiatement éliminé. D’autres explications sont aussi à prendre en compte comme, par exemple, les besoins en bois, pour la construction ou le chauffage, qui, là encore, poussaient les gens à partir chercher ce dont ils avaient besoin sur place. Aujourd’hui, une ou deux personnes seulement oeuvrent sur une exploitation agricole, aidées par la mécanisation. Mais elles ont déjà des semaines de travail extrêmement chargées et elles ne sont plus en mesure de lutter contre l’extension de la forêt et des broussailles. »

Depuis que la mairie mène ces actions sur les alpages communaux, les élus ont été appelés à l’aide par certains éleveurs qui se sentent, eux aussi, impuissants face à ces problèmes.

« Il est toutefois juridiquement complexe d’intervenir sur des terrains privés. Nous avons cherché des solutions avec la SEA et la meilleure serait la création d’une association foncière pastorale (AFP) qui peut bénéficier d’aides publiques » précise Yann Jaccaz. La mairie a déjà réuni les agriculteurs exploitant à Praz pour expliquer l’idée et des réunions à destination des propriétaires seront organisées dans l’hiver. La mairie de Praz-sur-Arly souhaite, en effet, agir dès l’an prochain en créant un fond d’action destiné au défrichement, mais aussi à l’amélioration des accès aux prairies ou à la ressource en eau, en alpage comme à proximité des sièges d’exploitations. Ces trois éléments sont indissociables pour maintenir les pâturages en bon état.

Originalité du fond, il évoluerait en fonction  du développement de l’urbanisation de la commune via une indexation sur la taxe d’aménagement. L’idée est venue de la Municipalité de Praz elle-même. Le Préfet et ses services l’ont trouvé si intéressante que la station praline est, actuellement, pilote sur le sujet et participe régulièrement à des réunions de travail avec les services de la Préfecture.

Le maire de Praz-sur-Arly trouvait cette approche assez logique. « Notre station se développe car elle est attractive. De nouveaux habitants, de nouveaux lits touristiques, de nouvelles entreprises… c’est bon pour notre économie et notre emploi. Mais chaque construction vient empiéter sur les espaces agricoles. Les surfaces constructibles vont, certes, fortement diminuer dans le prochain Plan Local d’Urbanisme au profit de l’agriculture. Mais il restera encore bien des parcelles pour accueillir nos nouveaux habitants et nos acteurs touristiques. Pour les élus, la tâche est donc complexe puisqu’il faut concilier dynamisme économique et préservation des paysages, de l’environnement et des espaces pastoraux. Les moyens financiers que nous allouerons à ces espaces pastoraux seront donc proportionnels au développement urbain de Praz. Ils permettront de rouvrir des prairies pour le monde agricole. »

Ces actions s’ajouteront à celles déjà menées par la commune en faveur de l’agriculture ou de l’environnement : fond compensatoire pour les prairies impactées par les pistes et la neige de culture, purification de l’eau utilisée pour la neige de culture, actions en faveur du tétras-lyre, non utilisation de produits phytosanitaires pour les espaces verts, charte d’éco exemplarité des déchets municipaux, développement des réseaux séparatifs, etc.

Deux autres grands projets seront finalisées d’ici fin 2016 par la mairie de Praz : un plan de gestion des zones humides (le premier réalisé de façon volontaire par une commune en Haute-Savoie) et un arrêté préfectoral de biotope pour préserver Véry et le Sangle.

Le directeur de la Direction Départementale des Territoires, Thierry Alexandre, qui intervenait au congrès, a jugé « exemplaire » l’approche de la municipalité de Praz-sur-Arly. Plusieurs agriculteurs ont également salué la démarche, ce qui n’a pas manqué de toucher les élus pralins présents.
Le maire préférait toutefois rester humble. « Nous avons lancé des actions et des mesures intéressantes. Mais il faut maintenant les mettre en oeuvre efficacement et les pérenniser. Nous ne sommes qu’au début du chemin et un gros travail nous attend. »

L'opération de défrichage menée à Olvet entre 2015 et 2016 : un résultat spectaculaire comme en témoignent ces photos avant et après.

 

Le maire de Praz-sur-Arly, Yann Jaccaz, a introduit le thème du congrès et parlé avenir de l'agriculture.

Témoignage de l'action de Praz-sur-Arly, saluée par Thierry Alexandre, directeur de la DDT74 (3e en partant de la gauche).

Jean-Paul Amoudry (président de la SEA), Christelle Petex (vice-présidente du Conseil Départemental) et Eric Fournier (vice-président de la Région et maire de Chamonix) ont parlé des politiques publiques en faveur de l'agriculture et de l'environnement.

 

Serge Paget, vice-président de la CC Pays du Mont-Blanc, a présenté le Plan Pastoral Territorial de notre secteur aux côtés de Guillaume Mollard, agriculteur et conseiller communautaire.

 

 

Mentions légales - Crédits Photos - Réalisation Alpium